jeudi 31 août 2017

La guerre de Gradisca, vous connaissez?

L'illustration de la boîte
Et bien pas moi! C'est pourtant le thème choisi par Nicola Contardi, de la société d'édition italienne Europa Simulazioni pour son prochain jeu à paraître: "La guerra di Gradisca (1615-1617)".

En furetant sur la toile, j'ai pu trouver le résumé d'une thèse sur ce conflit qui nous en apprend un peu plus:

"Les relations entre la république de Venise et l'archiduc Ferdinand de Styrie se dégradèrent en 1615, en raison de contentieux frontaliers et économiques, mais aussi d'un groupe de pirates, les Uscoques. Basés à Senj sur la côte croate, ils servaient de fait les intérêts de l'archiduc Ferdinand en attaquant les bateaux vénitiens dans l'adriatique. La guerre éclata en décembre 1615, quand Venise envahit une partie du Frioul autrichien et fit par deux fois le siège de Gradiska. Chacun s'efforça de trouver des alliés, grâce aux systèmes d'alliance traditionnels : l’Espagne en faveur de Ferdinand en fournissant argent et troupes, le vice-roi de Naples, le duc d’Osuna par une campagne navale anti-vénitienne dans l'adriatique et le duc de Savoie en réactivant la guerre du Montferrat. Cependant, l’imminence de la succession impériale, l'enlisement des armées, l'omniprésence de l’Espagne et le renouveau de la France facilitèrent les négociations de paix qui scellèrent lors des traités de Paris et de Madrid (septembre 1617), le statu quo ante sur la frontière et l'échec de Venise, même si les Uscoques disparaissaient, sacrifiés par le futur empereur Ferdinand II. Cette guerre secoua donc l’Europe, sorte de répétition générale avant la guerre de Trente Ans : les traités n'étaient pas encore exécutés en mai 1618 lors de la défenestration de Prague."

Stitch with Uskok-ships chasing a large ship.Museum of Fortress Nehaj in Senj, Croatia.
[Résumé de la thèse de doctorat en histoire soutenue en 2000, à Paris 4, par Thierry Charlier sous le titre "Les relations entre la République de Venise et les Habsourg: la guerre des Uscoques (1615-1618)].

Nicola Contardi présente son jeu comme étant basé sur des recherches historiques précises et reposant sur des mécanismes "entièrement nouveaux", "pensés pour intéresser autant les nouveaux joueurs que les vétérans du wargame". Dont acte! A ce stade, tout ce qu'on peut en dire est qu'il est à zones, "assisté" par cartes (et pas piloté, si j'ai bien compris), avec peu de pions. Au vu de l'absence d'unités maritimes sur la planche de pions on peut en déduire que ce volet du conflit sera géré justement par les cartes.
http://italianwars.net/GRADISCA/GradiscaMappaSmall.jpg
La version test de la carte


http://italianwars.net/GRADISCA/GradiscaCountersSmall.jpg
La version test de l'unique planche de pions


Il semble également qu'il y ait une activation aléatoire des unités, peut-être par des marqueurs en vue "de donner une dose d'incertitude et de rejouabilité de la campagne".

Nous en serons plus prochainement dès que les règles seront en ligne. Pour l'instant le jeu est en pré-commande ici.

Autre information donnée par l'auteur sur CSW, la suite de "All is Lost, Save Honor" est dans les tuyaux!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire